auteurs

AFFREUX JOJOS, ROMANTIQUES PUR SUCRE, GRIZZLIS SYMPAS, ÉCRIVAINS MAUDITS OU POÈTES TRANQUILLES : LES AUTEURS.

ARCHET ANNE

Anne Archet écrit sur le web depuis l’époque où il fallait acheter des timbres pour envoyer des emails. Elle a publié Le Carnet écarlate aux Éditions du Remue-ménage en 2014. Elle pourrait être n’importe qui : la dame un peu folle qui parle toute seule dans la rue, votre coiffeuse, le député de la circonscription voisine, la fille du dépanneur, sa nièce… qui sait, peut-être même que c’est vous ?
www.archet.net

*****

BIALAIS CATHERINE

Auteure de doublage, rédactrice et ex-consultante en communication, Catherine Bialais est diplômée du CELSA et de l’EHESS en théorie du langage. Elle commet sa première pièce à quinze ans après avoir été encouragée dans l’écriture par Christian Bourgois, rencontré lors d’une lecture, et enthousiasmé par son travail. La pièce se monte. Elle remporte quelques concours, publie Bestiaire Urbain dans le recueil Babel grâce à des éditions universitaires, collabore un temps avec une toute jeune maison, Bartleboom, sur une biographie romancée de Glenn Gould, avortée faute de fonds. Tout en prêtant sa plume au cinéma et à la télévision, elle poursuit actuellement la rédaction de plusieurs romans (dont elle espère, un jour et malgré les écueils, l’ennui, la fin du monde et la paresse, tirer matière à publication). Elle aime le texte court, parce qu’il ouvre la voix aux synthèses poétiques, aux digressions sonores, au tranchant radical du bref, au concis qui scalpelle les prépuces.

*****

BORGESE AMÉLIE

On ne sait pas grand chose de cette blogueuse impertinente, fille spirituelle de Stéphane de Groodt (en fait, j’attends toujours sa bio). Outre le fait qu’elle fabrique des jongleries de mots assez remarquables, on peut dire qu’elle ne badigeonne pas ses textes à la vaseline. Ses chroniques portent sur des thèmes très girly, mais attention, c’est décapant.
www.dailycieuse.com

*****

BRUNET PIERRE-JULIEN

Né en 1976, Pierre-Julien Brunet a étudié les lettres modernes et l’anglais à Lyon. Il a fondé en 2001 une maison d’édition éphémère (La lubie) pour republier Un anarchiste de Joseph Conrad en volume indépendant, période à laquelle il a commencé à enseigner le français langue étrangère. Il travaille aujourd’hui dans le domaine de l’action humanitaire tout en menant en parallèle des projets d’écriture (poésie et articles, notamment un dans le Cahier de l’Herne consacré à Conrad et un autre à paraître dans Histoires littéraires), de traduction (dont La Grande Thérèse : La plus grande escroquerie du siècle, Allia, 2003) et d’édition (Anthologie littéraire de Roanne et de la région roannaise, à paraître).

*****

CAUDA JACQUES

Jacques Cauda, né à Saint-Mandé en 1955, est un réalisateur, écrivain et peintre. Parallèlement à des études de philosophie, il poursuit une formation de réalisateur. À partir de 1978, il réalise pour les télévisions française, algérienne et canadienne une trentaine de documentaires.
En 1998, il commence à peindre et crée un nouveau courant pictural : le mouvement surfiguratif.
Il poursuit également une activité d’écrivain. Dans Vox Imago (éditions Praelego), roman à plusieurs voix, il met en oeuvre sa théorie de l’écriture polymorphe. Le style doit être au service du sens, la forme être l’effet du fond. Théorie qu’il « illustre » par ailleurs dans plusieurs de ses nouvelles, au style toujours différent selon le sujet qu’elles traitent.
Publications (entre autres !) : Vers un effort visible, poésie (L’Échappée, 2002), Toute la lumière sur la figure, essai (éditions Ex aequo, 2009), Vox imago, roman (éditions Praelego, 2010), Le bonheur du mal, poésie (éditions Kirographaires, 2012), Lou, nouvelle (premier prix de la ville du Pecq, 2011), C’est ça le tango, récit (États Civils, 2011), Boléro, nouvelle (Éditions de l’Abat-Jour, 2012), Écrire pour l’oubli, nouvelle et illustration (L’Ampoule, 2012), Tous pour un, roman (Numeriklivres, 2013), Point de dimanche, roman (Jacques Flament Editions, 2013), Amor‘, poèmes (La Matière noire, 2014), Bunker, témoignage esthétique (Jacques Flament Éditions, 2015), Le Déjeuner sur elle (Éditions La Belle Époque, collection OR, 2016). À paraître (en 2017) aux Éditions TINBAD, Comilédie, roman écrit il y a près de trente ans…

Pour découvrir l’auteur, il existe une biographie écrite par Déborah et Élise Vincent : Jacques Cauda, in cauda venenum, Collection Figures, Jacques Flament Édition (2015). Sinon :
jacquescauda.canalblog.com
jacquescauda.ultra-book.com

*****

COUTY GUILLAUME

Guillaume Couty a 40 ans et il ne se prend pas pour un moins que rien, vu qu’il se prend pour un écrivain ! Il a publié quelques nouvelles aux éditions Antidata, la prochaine sortira en mai 2016. Il a participé au «Borges Projet» ; on peut retrouver sa nouvelle sur le site de Jean-Philippe Toussaint et publiera en 2016 son premier roman, Chinoiserie aux éditions Les Itinéraires. Ce roman d’espionnage grotesque nous narre l’accomplissement d’un attentat culinaire sur un canard laqué à la Mairie de Paris par une bande de pieds nickelés. On a hâte…  Il travaille actuellement sur un scénario de série, une pièce de théâtre et deux ou trois autres trucs. Il publie également régulièrement des nouvelles érotiques aux éditions de la Musardine mais sous un pseudonyme, ce qui nous fait une belle jambe non ?

*****

DESROZIERS MARIANNE

Marianne Desroziers est née en 1978. Elle écrit des nouvelles, poèmes, romans. A publié Lisières (Les Penchants du Roseau) en 2012, L’Enfance crue (Lunatique) en 2014 et dans de nombreuses revues littéraires. Directrice de publication de la revue Incandescentes, revue littéraire féministe. Lauréate 2015 de la bourse Aquitaine/ Hesse et de la résidence d’écriture à la Villa Clementine à Wiesbaden. Lauréate 2016 de la bourse et de la résidence d’écriture attribuées par La 25ème Heure du Livre/D.R.A.C.Pays de la Loire/ Ville du Mans.

*****

DRILLSKI HUGO

Auteur, écrivain, rappeur, polémiste et pamphlétaire, Hugo Drillski a cofondé la revue Cohues en 2012 et a contribué à plusieurs numéros du Cafard Hérétique. Officiant sous plusieurs pseudos, il rédige quelques nouvelles pour le label érotico-digital Orgazmatrix.
Âgé de 24 ans, il publie son premier roman Fourreurs Nés en mai 2015 chez Tabou Edition. Son style est caractérisé par l’utilisation continuelle d’un humour très noir mis au service d’une ambiguité idéologique vouée à générer le malaise et le questionnement chez le lecteur.
https://www.facebook.com/contenuxplicite?fref=ts

*****

EELEN CAMILLE

Je m’appelle Camille et je vous épicène au cul avec tout le respect qui vous est dû. J’écris aussi des histoires (de fesses) gratuites ici : https://cahierdexercicespratiques.wordpress.com/ et d’autres histoires (toujours de fesses mais payantes, il faut bien payer le crédit immobilier) là : https://www.bookeenstore.com/ebook/9782374460048/corpus-sexis-camilleeelen

*****

EL

Travailleur social, El accompagne des enfants en galère. Elle écrit depuis plusieurs années sur les héros de l’ordinaire, les petites histoires de vie, les rencontres, ce qui nous rend plus forts, ou ce qui nous casse.

*****
FARDEL KARL
Il écrit depuis quasiment toujours, principalement des nouvelles traitant de l’absurdité du comportement humain. Après un premier essai infructueux, il vient de terminer un second roman qu’il compte tenter de faire publier dès qu’il aura le courage d’aller à la poste affranchir et emballer les lourds manuscrits.
En attendant une éventuelle publication, il travaille vaguement dans l’immobilier. Il publie ses histoires sur la page Facebook « J’écris des saloperies », où il dépend des impénétrables algorithmes de Mark Zuckerberg.
Il vit à Lille depuis 27 ans, ville où il n’a pas fait d’études, mesure 1 mètre 95 et est ceinture noire de kravmaga.

*****

FERRY PERRY

Née le 11 septembre 1973 du bon côté de la frontière, Perry Ferry, furette nomade, vole comme un grain de poussière. Elle voyage les yeux ouverts, se spécialise dans les déserts et les épines aux fleurs amères. Parfois, elle se pose pour entonner une prose. Mais très vite à nouveau elle s’engouffre dans les trous d’air et vomit ses certitudes et ses questions comme des geysers. Jusqu’à ce que les vents emportent tout sur leur bateau d’oubliblou. C’est alors qu’elle se transforme en boue légumineuse et se laisse porter par un flux de rimes hideuses. Lien vers son blogue qui vogue

*****

FROZEN SIM

Libidineux déprimé, pornographe des syllabes régressif à tomber, Sim Frozen aime la compagnie des femmes désuètes et des fleurs délaissées, c’est un tout. Beaucoup de poésies et des formats parfois plus longs. Y’a pas à chier quand à de quoi lire quelques mufleries sans pantalon. Les mots dansent sous la langue comme un charleston endiablé. C’est du bon temps sur papier à lettres, une étreinte habilement dosée sous la couette, une bonne tranche de corps à vifs à lire ici : simfrozen.tumblr.com

*****

GALASKA CÉLINE

Avant de fonder son blog http://www.Sale-Temps-Pour-Les-Ours.com, elle a suivi un parcours tout à fait banal : sciences politiques, commerce d’antiquités, photographie, syndicalisme ouvrier, biologie médicale, community management. Sévit actuellement en tant que chargée de communication dans un célèbre théâtre. Pendant l’enfance, une consommation excessive d’Alien, Goldorak et Cobra explique sans doute son goût immodéré pour les créatures quadricéphales jaune moutarde. Références littéraires : Camus, Hilsenrath, Benacquista, Benni, Steinbeck, Heiner Müller. Devise : ni dieu ni maître. Signes particuliers : tendance à tout exagérer puissance 1000 ; ses personnages sont pétris de paradoxes, comme elle.  Sa vision du monde n’est que dérision, cynisme, burlesque, grotesque, absurdité. Elle commet des nouvelles généralistes et des space operas déjantés.

*****

GUICHARD QUENTIN

Qui est-ce ? Une espèce de raclure de bidet qui squatte les bancs des universités, un pas-grand-chose absurde qui change d’avenir comme il change de caleçon, un type comme un autre, en somme, que les doigts démangent lorsqu’il n’ouvre pas sa grande gueule. Errant depuis son aube, telle une carcasse croulant sous l’univers, Quentin Guichard prend pour lui cette phrase de Bukowski : « Tu sais, quand je suis pas en train de me branler ou de fumer des joints, je lis des livres, des tas de livres »… puis il écrit aussi, allez savoir pour qui, allez savoir pourquoi, il écrit comme il respire, par réflexe sans doute. Et par folie, il lui arrive parfois de balancer ses textes au vent, et de s’excuser, souvent, lorsque quelqu’un tombe sur l’un d’eux.

*****

HO JON

Un jour de pluie, par la fenêtre, il regarde les gouttes s’écraser sur le sol, des filets de sang ruissellent jusqu’au caniveau mais il a toujours préféré regarder les étoiles. Jon Ho les observe depuis le 4 juillet 1980, jour de sa naissance à Menton dans les Alpes Maritimes. Il a toujours ressenti le besoin d’écrire, grattant du papier jusqu’à épuisement des forêts. Si un jour il arrive à en vivre il ira s’installer sur la Lune d’où il puisera le souffle d’un prochain roman. Le bordel terrestre est une inépuisable source d’inspiration.
Publications : Mélanchronique (éditions Filosphere, 2006), Barbie tue Rick (Publibook, 2012) Délires en pupilles dilatées (Mon petit Editeur, 2013), Vampire 1.0 (Edilivre)
A paraître :  Laura Zepam (en cours), De l’obsolescence programmée (en cours)
http://www.facebook.com/JonhoMZK

*****

JARZYNSKI GABRIELLE

Gabrielle Jarzynski a 30 ans. Musicienne de formation, vit et travaille à Paris. Elle a écrit son premier livre Bout de Ficelle, livre d’artiste et recueil de poésies en novembre 2013 (50 exemplaires numérotés). Elle publie textes et photographies dans diverses revues littéraires (Le Cafard hérétique, L’Intranquille, revue Maarges, revue Métèque, Behind Journal des éditions Derrière la salle de bains, etc). A publié en mai 2015, Affamé, deux textes courts aux éditions Derrière la salle de bains. En octobre 2015, elle signe de nouveau un recueil, Le réveil, toujours aux Derrière la salle de bains. En mars 2016, elle présente un nouveau livre d’artistes, La Mue, (photographies et textes), 25 exemplaires numérotés. En septembre 2016 sort Un vendredi matin, illustré par Fred Drouin.

******

KAïROS ZIGGY

Ziggy est ta copine outrageuse et outrancière à qui tu racontes tous tes secrets… c’est ce que dit sa bio. En vrai, elle est bien pire que ça. Découvre ses vices ici : http://ziggy-kairos.fr/

*****

KASPRZAK MIKE

Mike Kasprzak est né en 1983. Il a été informaticien, chimiste, clodo, chercheur, célibataire, chômeur, alcoolique, marié, idiot, père, peintre au rabais et maintenant il écrit.
Arrivé sur le tard, la plupart du temps, il raconte sa vie, arrangée ou non, brodée ou roulée dans la merde – l’odeur ne l’effrayant pas – et la manière dont il essaye de s’en sortir. Chez lui, rien est assez surprenant, étonnant, vivant. Le monde entier semble trop lent et trop surfait. Il hait la suffisance et la médiocrité, aussi bien la sienne que celle qu’il constate tous les jours un peu partout. Auteur en guerre contre tout ce qui peut asservir l’homme et lui enlever sa force et sa folie.
Il a été un des membres fondateur de la revue Cohues et du Cafard Hérétique.
Bibliographie : Dégénérescence céleste, recueil de poèmes (Edition Unicité, 2014), Monstres, recueil de nouvelles (Edition Les Occultés, 2014), Manipulation nocturne, nouvelle (Editions Pulsio, 2014), Boulot, ivresse et autres bizarreries, recueil de nouvelles (Edition La Matière Noire, 2013)
Ici sa page Facebook

******

(de) KINSAME BISSECTA

Spécialiste de l’origine du langage, passionnée par l’étymologie et les évolutions sémantiques. Sinon, j’attends toujours sa bio… page facebook 

******

LACHUER MAGALI

Née en 1974 quelque part en banlieue proche, peut être pas loin de chez vous, s’intéresse très tôt à la poésie et à la folie sous toutes ses formes.
Infirmière donc en psychiatrie depuis de nombreuses années (sans blouse blanche mais pas nue non plus hein), elle aime le flou des frontières entre plusieurs réalités, les interstices où l’on peut se glisser… Elle essaye d’en écrire vaguement quelque chose … dans sa tête, sur ses carnets, son téléphone portable, son ordi où en atelier d’écriture.

******

LANGDA PERRIN

Né en 1983, il vit très probablement sur la même planète que vous. Il a écrit dans des revues comme  Métèque, Mauvaise graine, Traction-Brabant,  Comme en poésie , Microbe, Cohues CatarrheNouveaux Délits… En 2015 il a publié Quelques microsecondes sur Terre, aux Editions Les Tilleuls du Square / Gros Textes, ainsi que Documentaire humain et Perrin Langda & compagnie, chez Mgv2>publishing (recueil collectif). Son blog : http://upoesis.wordpress.com

******

LA PLUME DU CHAKAL

Scribouillard à temps presque complet, zicos quand ça m’prends, en fait tout ça reste, comme la baise ou la picole, très chronique. Blog

******

MARQUET ANTOINE-GAËL

AG Marquet a un site internet : www.ladigestiondumonde.com dans lequel il parle d’écriture, de sexualité, des rapports homme-femme, d’urbain, de contradictions, de tout ce qui ne fonctionne pas et qui l’agace. Comme un vrai petit couteau suisse, il est multifonctions, pratique la photo et l’édition, fréquente les bars jusqu’à trop tard (c’est pas bien). Son premier texte, une nouvelle, a été publié dans Décapage en 2010. Après, un court roman parisiano-jeuniste en 2013 chez DuB éditions : Indicateurs de progression urbaine. Parmi ses références littéraires : Camus, Claudel, Zola, Valéry, Tolstoï, Truman Capote, Vian. Et pour les contemporains Murakami Ryu, Risa Wataya, François Beaune, Benny Barbash, Ersi Sotiropoulos, Catherine Mavrikakis, Gabrielle Wittkop, Chloé Delaume, Claro, Antoine Volodine. Des trucs un peu compliqués qu’il fait parfois semblant de comprendre. C’est déjà pas mal, non ?

******

NECROMONGERS

Necromongers est apparu un jour de pluie, quand les visages balbutiant sous la couverture bruineuse ressemblaient à des mangeurs de mondes morts à l’avance…
Scribe de sa propre vie depuis l’âge de 10 ans, avant même d’avoir envie de lire, n’écoutant que l’algèbre éperdue de ses émotions internes. Des hauts, des bas, des périodes fastes et d’autres creuses, mais le souvenir pour se faire saigner les doigts.
La vérité n’appartient à personne, c’est pour ça qu’elle est libre d’aller chez tous les acteurs du monde.
Publications forcenées depuis l’an dernier chez le collectif Hénose, regroupant plusieurs magazines littéraires numériques de l’imaginaire, chez Absinthe et Corbeau. Participation à des récits collectifs et publication un temps sur la Matière Noire dans le cadre d’un mag numérique de nouvelles, qui s’est éteint de ses cendres depuis peu.
Grand ordonnateur du blog Les déraisons Du Docteur Burz pour le plaisir d’écrire du souffre à l’envolée.
Necromongers a aussi un blog : The Necro Stories et un compte Twitter (@ThenecroMongers)  où il poste de la tweet-litt, forcément

*****

OVAL ALIÉNOR

Née à Paris en 1976, Aliénor Oval vit actuellement à Nantes. Après des études d’Art et Design à Londres où elle vécut cinq ans, et des années à explorer et expérimenter autour de la matière brute à travers ses créations, elle travaille aujourd’hui dans le milieu médical. Ses écrits sont sombres, parfois noirs, sensuels, emprunts de poésie, de douceur aussi et de cette sauvagerie de l’enfance qu’elle a gardée intacte.  Son premier roman, Anthropophage, est publié par les éditions L’ivre-Book, depuis juillet 2015. Ses textes courts et poèmes sont publiés dans Revue 17 secondes, Métèque, La Piscine, Les Éditions de l’Abat-jour. En 2016, elle a participé à l’écriture de Patch-Work, une pièce de théâtre sur le monde du travail, avec le texte La mer monte. Des projets littéraires sont en cours et plusieurs nouvelles publications sont prévues.
Son site : www.alienor-oval-auteur.fr
Sa page Facebook :  www.facebook.com/AlienorOVALauteur

*****

PROBEL CLÉMENT

Ce siècle avait plus de deux ans quand Clément Probel vit le jour, une nuit. Né d’une mère maman et d’un père papa, frère de sa sœur cadette, il grandit. Très doué, il snobe vite les bacs à sable pour les bacs à lauréats qu’il décroche avec la mention « lu et approuvé ». C’est à ce moment que ses envies de cocotiers le poussent à quitter le poulailler. À l’issue d’un stage de préparation aux classes préparatoires, il est déclaré prêt à les sauter. Il intègre la meilleure école de tuyauterie de Vesoul, dont il obtient le diplôme de niveau 7, avant de soutenir en un temps record une thèse de bûcheronnage à Bessans. Très demandé, il voyage d’Hollywood, où il empoche son permis de construire une famille, à la Styrie, où il apprend à écrire. Clément Probel est jeune papa comblé d’un enfant en bonne santé, Permis de croquer (Éd. de la Renarde Rouge), qu’il vous invite à acheter. Alors les pingouins ? Qui veut de lui, et des miettes de son cerveau ? Qui veut entrer dans la toile de son réseau ?

www.renarderouge.fr / www.facebook.com/clement.probel / www.lescousinspiquent.blogspot.fr/

www.twitter.com/Cleminifun

*****

SAOUDI FAYÇAL

Écrivain, animal de nuit, connard exquis et procrastinateur de génie, Fayçal Saoudi n’a absolument rien de positif à déclarer à son actif. Initialement destiné, à l’insu de son plein gré, à devenir expert-comptable ou diplomate, celui-ci décida (ou pas vraiment) de vivre sa jeunesse en clochard céleste dans les rues de Babylone. Après dix longues années passées à côtoyer l’hyper-bourgeoisie et la merveilleuse misère de Paris, il prit enfin sa vie en main pour assumer sa honteuse passion, l’écriture.
Considéré à tort ou à raison comme Beatnik français, son style est un fulgurant mélange de littérature romantique, hystérique et enluminée. L’exaltation de la quête de soi pour cœur littéraire, et la folle vérité comme seul outil pour piocher, publiant de courts contes insensés autobiographiques sur le site meaningless-tales.tumblr.com. Car, en effet, cet arrogant basané a l’outrecuidance de se chercher. L’œuvre de toute une vie…

*****

SLAMA AHMED

Ahmed Slama. 27 ans, naissance ? Oran.

Agenceur de mots, c’est son boulot. Les mots, les siens, il les pèse puis les enfile, pour toute sorte de choses, des récits, des nouvelles publiées dans diverses revues, ici ou là. De la poésie. Un feuilleton, topologie des clopes. Et bientôt un site, ce critique littéraire, LittéWeb.
Du journalisme aussi, il officie au Bondy Blog depuis un an, des reportages, des sujets à foison, avec une préférence pour ce qui a trait au culturel « élitaire pour tous », comme disait l’autre.
Et pour ceux que ça intéresse un roman inédit sommeille dans son disque dur, dont un extrait a été publié ici sur Remue.

*****

SULLIVAN LOUISE

Louise Sullivan est ce petit mélange de babillage enfantin et de décor glauque qu’on ne soupçonne jamais réellement chez les enfants. Elle déambule dans les allégories poétiques de ses cauchemars pour laisser sortir toutes les images accumulées dans sa tête. Enseignante et auteur de La nouvelle Louise dans la maison vide (éditions Edilivre), elle dresse patiemment sa petite montagne de projets pour des revues comme Nouveaux Délits dans laquelle sortira la nouvelle Epingler les papillons courant 2016 et termine son premier roman Ordonnance 45. Quand la voix de la petite surpasse celle de la grande rendue muette, c’est un bonbon dans du papier de verre.

Son blog : http://dansleaudescils.blogspot.fr

*****

TONTON PÉRAVE

Tonton Pérave est une vieille poche éthylique et un bafouilleur underground. Quand il n’est pas en train de cuver, en zonzon, ou hospitalisé d’office, ça lui arrive d’écrire. Mais uniquement pour casser les yeucs et faire poiler les soces. Son blog : www.tontonperave.tumblr.com

*****

VENETZA DEAN

Dean Venetza erre depuis quarante ans entre mers et montagnes. Sa plume, parfois fantastique, parfois réaliste, n’est pas la seule corde à son arc. Il s’exprime aussi en photographie, en vidéo d’art, et s’investit à la fois dans la musique, le théâtre, les droits de l’homme et le handicap. Dresseur de ratons laveurs professionnel, punk en dilettante et zombie à l’occasion, il lui arrive souvent de perdre ses propres personnages – ou lui-même – dans les cieux de la poésie et les abîmes de l’absurde.

*****

ZAGALA DAMIEN

Mr Zag est un paradoxe qui habite un corps de trentenaire orchestré par une âme d’enfant qui sent bon la tarte aux pommes sortant du four. Mr Zag vit dans un monde d’adultes avec des voisins, un chat, un PEL, mais son univers, à l’instar de ses tatouages bordéliques, est habité par la poésie d’une mélodie de Sigur Ros rencontrant le chaos de Black Sabbath. Dans sa tête, Peter Pan joue au Scrabble avec Freddy Kruger et David Bowie fume une clope avec Tim Burton, alors il écrit pour ne devenir dingue.
www.mrzag.canalblog.com

*****

ZARCA JOHANN Aka Le Mec de l’Underground

Johann Zarca, a.k.a Le Mec de l’Underground, pose sur papier son expérience de la Ville, de la rue et des lieux singuliers de la capitale, dans un style oral teinté de verlan, d’argot gitan et rebeu. Repéré grâce à son blog par les éditions Don Quichotte, l’auteur se lance dans la littérature urbaine en publiant en 2014 son premier roman Le Boss de Boulogne. En septembre 2015 paraît chez le même éditeur son second roman Phi Prob, une plongée mystique dans les bas-fonds de Bangkok.

Le site du Mec

La page fb du Mec